Rita Kernn-Larsen

Rita Kernn-Larsen

 

1904 - 1998

Rita Kernn-Larsen est née en 1er janvier 1904 à Hillerød au Danmark dans une famille aisée. Elle vivait dans un vieux château, avait des domestiques et fréquentait une école privée. En tant que jeune fille, sa femme de chambre lui apprend la couture, et c'est probablement ainsi que sa passion pour l'art a commencé. Elle part pour Oslo en Norvège pour fréquenter une l’École d'État des Métiers et de l'Industrie d'Art, puis revient au Danemark pour étudier à l’Académie royale des beaux-arts à Copenhague. Pourtant, déçue des méthodes d'enseignement à l'Académie, elle s'installe à Paris en 1929.

À Paris où elle trouve un milieu artistique beaucoup plus créatif et plus large d'esprit que celui du Danemark. Elle y fait la connaissance de Pablo Picasso, Luis Buñuel, Max Ernst et Fernand Léger et se lie avec le groupe surréaliste. De 1930 à 1931, elle étudie à l’Accadémie Moderne de Ferdinand Léger où la danoise Franciska Clausen explorait et développait également ses capacités artistiques. Rita Kernn-Larsen devient même l’assistante de Léger. Elle se souvient que la période surréaliste « était merveilleuse. Oui… C'était vraiment le meilleur moment pour moi en tant qu'artiste. » Elle y rencontre également son futur mari, un journaliste et marchand d'art Isaac Grünberg. Ils se marient en 1940 et ont eu une fille, Danielle Rose.

Au milieu des années 1930, elle retourne au Danemark pour organiser sa première exposition personnelle et rester en contact avec les surréalistes danois.

Sa première exposition se déroule en 1934 dans la gallérie de Christian Larsen à Copenhague, Léger rédige la préface du catalogue.

En 1935 elle est présente pour la première exposition des artistes surréalistes danois emmenés par Vilhelm Bjerke-Petersen. Certains critiques qualifient ses tableaux comme pornographique et propre mère refuse de venir à l’exposition. Pourtant ses collègues surréalistes masculins vont beaucoup plus loin dans l’érotisme. Imperturbable, Kernn-Larsen continue à exposer dans des expositions d'avant-garde, y compris une exposition à succès où les visiteurs devaient utiliser des lampes de poche pour voir les œuvres dans une pièce noire. Suite au succès de sa première exposition, elle rejoint les membres du surréalisme danois avec lesquels elle expose en 1935 à Copenhague, Oslo, Lund, Londres et Paris.

En 1938, Rita est invitée à Londres par Peggy Guggenheim pour organiser une exposition personnelle dans la nouvelle galerie Guggenheim à Londres, la Guggenheim Jeune. Elle est venue spécialement pour l'exposition, mais a été forcée de rester, car la guerre a éclaté peu de temps après. Comme elle l'a rappelé, les années de guerre signifiaient pour elle la fin du surréalisme. « Tout est devenu réel. Soudain, vous vous réveillez le matin et voyez une chaise accrochée à un arbre ou la main de quelqu'un allongée sur le sol. Le surréalisme est dans le subconscient. Soudain, tout était là, visible pour tout le monde. »
Après la guerre, Rita s'installe avec son mari et sa fille à Saint Jeannet, dans le sud de la France, où elle vit jusqu'en 1992. Son art s'oriente vers la nature et l'abstraction, elle illustre plusieurs livres pour enfants et elle expérimente la poterie, la céramique et le collage.

Peu soucieuse du côté commercial des choses, c'est son mari Isak Grunberg qui s'occupe de promouvoir son œuvre. À la mort de celui-ci, sa vie devient plus difficile. Elle meurt le 10 avril 1998.

 

   Retour aux peintres du XXe siècle
 
Searching for the Moon (Vers l’inconnu)
1936-1937
Huile sur toile - 80,4 x 65 cm,
Collection particulière
Fantômes
1934
Huile sur toile - 120 × 75.5 cm,
Statens Museum for Kunst, Copenhague Danemark
The Party
1937
Huile sur toile - 136 x 156 cm
Museum Sønderjylland, Jutland, Danemark
Dance and Counter-dance
1936
Huile sur toile - 89 x 66,8 cm,
Collection particulière