Alice Rahon

Alice Rahon

 

 

France, 1904 - Mexique 1987

Alice Rahon née Alice Marie Yvonne Philppot à Chenecey-Buillon le 8 juin 1904, d’une famille modeste du Doubs. Sa mère est cuisinière et son père valet de chambre. Elle passe son enfance et sa jeunesse à Paris. Désireuse de brouiller les repères de sa biographie, Alice Rahon dit être née en 1916, en Bretagne, où elle passe ses vacances chez ses grands-parents. Très jeune, elle a une fracture de la hanche suite à un accident, elle en souffrira le reste de sa vie. Cette blessure la force à rester plâtrée durant trois ans, ce qui l’isole des autres enfants, y compris de sa sœur cadette. Elle passe son temps dans le jardin familial à lire, écrire et dessiner pour occuper son esprit. Cet isolement s’aggrave encore lorsque, à douze ans, elle fait une chute et se fracture une jambe. Elle boitera légèrement pour le reste de sa vie tout en souffrant de douleurs. Ces accidents lui ont donnent une fragilité et pendant l’adolescente elle a préféré la solitude, créant des mondes imaginaires.

Elle tombe enceinte très jeune, mais l’enfant a une anomalie congénitale et décède peu après la naissance.

Elle écrit des poèmes et sa beauté est remarqué par les surréalistes, Man Ray la photographie. En 1931 elle rencontre le peintre autrichien Wolfgang Paalen, qu’elle épouse en 1934. En 1936 elle a une liaison mouvementée avec Pablo Picasso qui conduit à une grossesse et un avortement. Son mari menace de se suicider. En 1937, elle part pour sept semaines découvrir l'Inde avec Valentine Penrose. Ensemble, elles séjournent à Bombay, Goa, Agra et Almora. Elles s'écrivent des poèmes au contenu érotique lesbien. Les poèmes Muttra et Sablier couché et certains textes de Noir Animal se réfèrent à l'expérience indienne partagée avec Valentine Penrose.

En 1939 les Paalen sont invités à Mexico par André et Jacqueline Breton et Frida Kahlo. Ils partent pour la côte ouest de l’Alaska, où ils sont fascinés par les totems amérindiens et l'art dit primitif.
Lorsque, en 1940, ils s’installent à Mexico, Alice passe de la poésie à la peinture pour laquelle elle adopte le nom de sa mère : Rahon. Elle se lie d'amitié avec Frida Kahlo, Leonora Carrington et Remedios Varo. Bientôt les Paalen se séparent, puis ils divorcent en 1945.

Après la guerre, dans le Mexique devenu son pays d’adoption, elle développe un art pictural entre abstraction et figuration, proche d’un Paul Klee ou d’un Joan Miró. Son univers est onirique et primitif, lumineux avec d’imprévisibles métamorphoses. Ceux qui ont connu Alice Rahon telle que Anaïs Nin, Lourdes Andrade et Nancy Deffebach, évoquent l'enchantement qui émanait de sa personne et de son œuvre. Les poèmes datant pour la plupart de sa jeunesse sont plus personnels et plus tristes que ses tableaux où la couleur et les formes éclatent et l'humour abonde. Alice Rahon tisse une gamme de couleurs et de formes plastiques dans ses poèmes comme elle suscite dans ses toiles une atmosphère de poésie.

En 1946, elle conçoit un ballet avec des marionnettes, Le Ballet d’Orion, qui ne sera jamais joué de son vivant.

En 1947 Alice se remarie avec Edward Fritzgerald, créateur de décors pour Beñuel. Elle a une liaison avec l'écrivaine Elizabeth Smart et l'artiste Sonja Sekula. À nouveau divorcée en 1960 elle expose fréquemment, à New York et Mexico notamment.

En 1967, elle a eu un autre accident, cette fois en tombant dans les escaliers à l'ouverture d'un spectacle à la Galería Pecanins à Mexico. Elle est blessée à la colonne vertébrale, mais elle a refusé tout traitement médical, disant que les médecins l'avaient suffisamment torturée lorsqu'elle était enfant. La blessure l'a amenée à cesser de peindre et de se retirer dans la solitude de sa maison mexicaine.

À cause de son isolement dans ses dernières années personne ne faisait la promotion de son œuvre et elle était presque oubliée par les jeunes générations d'artistes et d'historiens de l'art, malgré son rôle important dans le développement de l'art mexicain.

Contrairement à la majorité des femmes en marge du surréalisme Alice Rahon est demeurée fidèle au mouvement central de Breton, même lorsque Paalen s'en dissocie officiellement dans Dyn.

 

 Retour aux peintres du XXe siècle

 

 

Alice Rahon - Le chat blessé Alice Rahon - Scène de chasse
  Le chat blessé (portrait de Frida Kahlo)
1946
Huile sur toile, 43 x 56 cm
Collection particulière
  Scène de chasse
1942
Huile sur toile
Collection particulière
Alice Rahon - Les quatre enfants de l'arc en ciel Alice Rahon - Les malheureuses muses
  Les quatre enfants de l'arc en ciel
1960
Huile et sable sur toile, 97 x 130 cm
Collection particulière
  Les malheureuses muses
1959
Huile sur toile, 50,1 x 60,3 cm
Collection particulière

Liens :

Page dédiée à Alice Rahon du site De Artibus Sequanis, les arts en Franche-Comté
Page dédiée à Alice Rahon du site Aware Archives of Women Artists Research & Exhibitions