Ce portrait n'est pas entièrement achevé. Comme Manet et ses amis impressionnistes, Berthe Morisot avait conservé dans son atelier un certain nombre d'ceuvres inachevées, non parce qu'elle en était insatisfaite, mais parce qu'elle se consacrait à d'autres toiles et qu'elle n'avait pas de contraintes financières l'obligeant à exposer et à vendre. À l'âge de ce modèle, il lui suffit, prise par d'autres projets, d'autres occupations ou des soucis, de laisser de côté l'œuvre quelques mois pour ne pas pouvoir la terminer. Le temps passant, l'esquisse devient un souvenir que l'artiste garde tel quel, comme pour le conserver intact et ne pas le dénaturer.